Solaris enfin!

with Pas de commentaire

Grand jour: nous nous réveillons aux aurores direction le Nord Pas de Calais pour récupérer ce qui deviendra notre maison d’ici quelques mois. L’excitation est palpable, autant du côté des enfants que des adultes. Le stress aussi tant me semble encore incertain le déroulement des opérations pour l’importation du véhicule en Suisse…

Les enfants profiteront de la semaine de vacances scolaires pour rester à Paris tandis que nous nous occuperons des formalités administratives d’importation, d’immatriculation, d’assurance, de contrôle anti-pollution et que sais-je encore que les autorités se chargeront de nous rappeler. Je suis toujours sidérée par la complexité administrative de notre société quand on prétend faire les choses dans les règles.

4h30 de train de Neuchâtel à Paris. Suivi de 2h30 de voiture de Paris jusqu’à Arras. Et la même chose dans l’autre sens. Soit 14 heures de trajet. Quelle idée d’aller acheter un camping car chez les Ch’tis quand on habite en Suisse! Cependant, ni les heures de route, ni les complications administratives pour passer la frontière ne réussiront à polluer le plaisir enfantin que nous éprouvons à découvrir notre nouvelle maison. Il lui faut un nom, ce sera Solaris, pour son côté lumineux, ses 300W de panneaux solaires et évidemment parce que c’est le nom du vaisseau des Cités d’Or.
Voilà plusieurs heures que nous nous relayons au volant, et même si l’autoroute A7 a peu à voir avec la RN40 chilienne, la nuit aidant, on s’y croirait presque déjà en Patagonie… D’ailleurs il est temps de trouver notre premier bivouac, et nous optons pour une aire de service située à deux pas de la frontière genevoise. Première nuit, premières lasagnes réchauffées au four, Solaris paraît presque trop grand sans les enfants!

Répondre