Lagunes, déserts et geysers à San Pedro

with 8 commentaires

Click here to discover all Chili pictures

 

San Pedro de Atacama attire, indéniablement. Ce qui fut sûrement un jour un petit village endormi, oasis de fraîcheur perdu dans l’immensité aride du désert de l’altiplano, ressemble aujourd’hui à un carrefour international, point de passage obligé des routards du monde entier. La calle Caracoles concentre agences de voyage, boutiques de souvenirs directement importés de Bolivie voisine, restaurants et hôtels. Voilà bien longtemps que le dernier habitant a dû s’éloigner du centre, et les alentours de San Pedro laissent deviner une histoire bien moins glamour, à laquelle nous n’avons pas accès.

Un environnement naturel de tous les superlatifs explique le succès du lieu. Zone la plus aride du monde, déserts de sel aveuglants de blancheur, lagunes de toutes les formes et de toutes les couleurs, une des plus fortes concentration de geysers et de volcans de la planète, des paysages lunaires rongés par le sel, le tout sous une des voutes célestes les plus pures du monde… Un seul de ces attributs suffirait à justifier l’engouement que provoque la région, pourtant si hostile à toute présence humaine.

Ici, la terre craquèle, fume, crache et partout exsude le sel sous toutes ses formes, rémanence visible d’un lointain passé, où la région entière était recouverte par l’océan.

 

Certaines lagunes offrent des lieux propices à la baignade, comme la Laguna Cejar qui présente une telle concentration de sel qu’il est difficile d’y nager. Les enfants adorent cette sensation nouvelle de flottabilité extrême. On pousse le plaisir jusqu’à se couvrir de boue avant de s’immerger dans cette eau salée et si irritante qu’il faut prendre garde à ne pas s’arroser le visage et se rincer soigneusement en sortant.

Quelques kilomètres plus loin, nous bivouaquons à côté des « Yeux du salar » (Ojos del Salar). Deux cercles parfaitement concentriques d’eau plutôt douce qui nous rafraîchissent agréablement de la chaleur ambiante, et stimulent l’imagination des photographes…

Les altitudes extrêmes ne peuvent être évitées. Les enfants sont si bien acclimatés à l’altitude que nous dormirons même à plus de 4’000 mètres sans qu’ils en paraissent le moins du monde affectés. Nous connaissons pourtant certains voyageurs qui ont dû renoncer à visiter la région pour cause de « Soroche » persistant. La récompense de notre résistance est que nous avons pour nous seul ces sites grandioses. Ils sont à nous avant l’arrivée des agences et le redeviennent à leur départ.

L’indépendance que nous offre le camping-car fait de nous des spectateurs privilégiés de cette nature grandiose et nous nous régalons successivement de la Laguna Piedras Rojas, Tuyaito, Miscanti et Miniques. Chacune a sa particularité, qu’ils s’agissent de flamands roses, de pierres lisses et rouges, de volcans enneigés qui se reflètent dans le miroir des eaux, et chacune a sa couleur, comme une signature bien spécifique: turquoise, bleu profond, vert translucide, rouge et blanche.

Certains paysages sont beaucoup moins sereins. Le spectacle des geysers fumants dans l’air glacé de la nuit nous rapproche des scénarios un peu glauques de certains films de science-fiction. Impressionnés, frigorifiés, nous errons entre les fumerolles, dans un décor que n’aurait pas dédaigné E.T.


Les premiers rayons du soleil enlèvent un peu de surnaturel au site tout en nous réchauffant, et Diane consent enfin à mettre le nez dehors. Très peu pour elle les ambiances de fin du monde!

Nous aimons tant ces paysages que nous décidons de prendre un tour d’une journée pour découvrir le Sud-Lipez bolivien, malheureusement inaccessible pour Solaris…C’est donc parti pour une journée éprouvante de jeep dans des décors encore plus désolés et encore plus délirants: Désert de Dali, Laguna Verde, Laguna Colorada, Thermes et Geysers sont au programme.

Coup de coeur de Diane: la baignade dans les eaux volcaniques à 5’000 mètres d’altitude! Elle y aurait bien passé la journée…

Coup de coeur d’Alexis: les flamands roses de la Laguna Colorada, 36’000 selon les scientifiques présents occupés à les dénombrer. Il serait bien resté à les compter avec eux jusqu’à la tombée de la nuit…

Ou que nous allions, nous sommes frappés par le peu de traces que l’homme laisse à ces altitudes et dans ces décors si arides. Les quelques villages qui s’y trouvent malgré tout émeuvent par leur fragilité et leur humilité. Les rares tentatives pour utiliser la toute-puissance de cette nature soulignent encore plus le caractère dérisoire de ces efforts: un panneau solaire sur un toit se chaume, un bassin de rétention d’eau, si peu de choses en somme.

Le plus marquant reste les églises, superbes dans leur fragilité, toute de paille et de terre. Elles sont la nature.

Nous quittons la région de la plus belle façon qui soit: en grimpant en haut de la Vallée de la Lune pour assister au plus merveilleux coucher de soleil auquel il m’ait été donné d’assister. Je laisse parler les images…

 

 

Please follow and like us:

8 réponses

  1. Flo
    | Répondre

    Juste magique… Tellement… Bisous à vous 4!

  2. Lorraine
    | Répondre

    Coucou! On est super d’accord avec le commentaire de Moustique! Les photos sont dingues! On a toujours beaucoup de plaisir à vous suivre sur votre site. Et même si on ne vous écrit pas souvent on pense bien à vous!! Juste une petite question. Allez-vous en Colombie et au Brésil? Est-ce que c’est possible que sur la carte de votre itinéraire on voit en direct où vous vous trouvez ou est-ce que l’heure qui s’affiche est celle de l’Amérique du Sud? Dernière question, quelle heure est-il là-bas? Sur toutes ces questions on vous souhaite une très bonne continuation et encore plein de belles découvertes! Bisous aux quatre! 🙂 😉 Lorraine et famille

    • Véronique
      | Répondre

      Coucou Lorraine,
      Notre itinéraire prévu a beaucoup changé! Nous allons bientôt redescendre sur la Bolivie, puis le Brésil et retour par l’Uruguay, plus de Colombie donc…
      Et oui sur la carte tu vois bien notre trajet en direct, en tout cas lorsque notre balise est activée! En ce moment nous sommes au Pérou et nous avons 7 heures de moins que vous.
      A tout bientôt et bisous à toute la famille!

  3. Mamiçoise
    | Répondre

    La magnificence des paysages laisse sans « voix » … sans commentaire donc !…
    Merci Claude, on suit attentivement les infos en espérant ne rien devoir changer à nos projets…

  4. Peter
    | Répondre

    These are really amazing pictures. They show that these are great and thrilling moments in your life.
    Who is the photographer with this special gift? I can’t wait to see more!

    I hope you heard about the torrential rainfalls in Peru. Many roads are not passable due to flooding!
    Have a safe trip
    Peter

  5. Claude
    | Répondre

    Superbes, les photos et la somptuosité des paysages a inspiré la narratrice. C’est très agréable à lire. Autour d’Atacama, vous avez découvert des lieux magiques que nous réservions pour la suite de notre voyage. A suivre votre itinéraire grâce à votre balise, j’avais bien compris que c’est en 4×4 que vous aviez gagné la laguna colorada, et je vous attendais plus loin, sur le salar d’Uyuni. Je suppose que ce sont ses conditions météo qui vous ont fait renoncer.
    J’espère que les inondations au Pérou ne vont pas vous empêcher d’être au rendez vous à Cusco : du coup, embrassez Françoise et Eric!
    Quant à nous, départ à la fin du mois, vers l’Iran, pour le voyage inaugural de notre Euskal-Go-bi: retour en juillet.
    Bonne route.
    Claude.

    • Veronique
      | Répondre

      Merci fidèles lecteurs! On ne peut rien te cacher Claude, la balise n’a pas trompé le connaisseur de la région 😉 Pour le salar d’Uyuni, nous y passerons dans un mois, en espérant que l’eau aura séché et que nous pourrons y accéder en camping-car … Nous avons en effet prévu de traverser toute la Bolivie pour rejoindre le Pantanal brésilien puis de redescendre sur Montevideo par Iguazu et le rio Parana. Pour la suite du voyage au Pérou, la route Titicaca – Cusco ne devrait pas poser de problème, mais on suit attentivement les news! La situation sur toute la côte péruvienne est catastrophique! Bon voyage en Iran et donnez-moi votre blog si vous en refaites un…

  6. Moustique
    | Répondre

    Ces photos sont juste à couper le souffle !
    J’ai l’impression que c’est le genre de paysage ou tu pointe n’importe où sans visé et que ta photo est grandiose.
    J’imagine bien que sur place, il est difficile de partir de paysage comme ceux-là !

Répondre